• Cette année, je débute avec le thème des différences, avec l'objectif de faire découvrir aux élèves la richesse qu'elles représentent, pour vivre ensemble et pour apprendre, qu'ils comprennent et expérimentent qu'on apprend mieux ensemble. Cela me parait d'autant plus important que nous accueillons un enfants handicapés, et que les élèves sont amenés à fréquenter les élèves de l'ULIS de l'école. En lien avec tout le travail interdisciplinaire sur ce thème, j'ai préparé une séquence plus spécifique d'Enseignement moral et civique. Je pars de la découverte de notre identité, du fait que nous sommes uniques, pour arriver au respect des différences et du handicap. Il me parait important que les enfants se connaissent et se reconnaissent comme uniques avant d'aller plus loin. Il me parait aussi important de clarifier des concepts comme l'identité, la différence, le respect et le handicap, qui ne sont pas si évidents. 

    Je vous partage donc aujourd'hui ma séquence et sa fiche de préparation (5 séances) sur ce thème : 

    Télécharger « Séquence [Apprendre de nos différences].pdf »

     

    Je m'appuie sur différents supports :

    - certains issus de notre réseau de littérature sur ce thème, comme Petit Cube chez les Tout Ronds

    Apprendre de nos différences

    - un épisode de la série Graines de Citoyens (que l'on peut aussi trouver sur Les Fondamentaux) :

    Apprendre de nos différences

    - la vidéo de Un petit frère pas comme les autres :  

    Apprendre de nos différences

    - une photo de Doisneau, Enfant sage

    Apprendre de nos différences

     

    Tous ces supports servent de point de départ à la réflexion et à la conceptualisation. Pour certaines séances, j'ai préparé des fiches d'entrainement ou de support du travail, avec des versions différentes suivant le niveau de lecture (ou CP/CE1). Le fichier contient également les documents collectifs :

     

    Apprendre de nos différences

    Télécharger « FichesDifférences.pdf »

     

     

    Pin It

    3 commentaires
  • En ce début d'année, j'ai choisi de lire à mes élèves des livres qui parlant des différences, et surtout de leur aspect positif. Ce choix est en rapport avec mon projet pluridisciplinaire Apprendre de nos différences, et vise certains objectifs d'enseignement moral et civique (accepter les différences, entre autres). Mais c'est aussi un choix avec des objectifs littéraires

    • construire un premier réseau : identifier les liens entre les oeuvres, leurs points communs, leurs différences ;
    • comprendre des textes lus par un adulte en mobilisant ces connaissances et les lectures antérieures ; 
    • repérer les personnages principaux et leurs caractéristiques ;
    • découvrir différents types de textes sur le même thème : liste, récit, documentaire... 

     

    Voici donc les livres que j'ai retenus pour ce réseau : 

    Petit Cube chez les Tous Ronds   

    Petit Cube chez les Tout Ronds, de Christian Merveille et Jesse Coffins, aux éditions Mijade. Cette très belle histoire très simple à comprendre (textes et illustrations très claires) raconte la belle histoire d'une différence (être un cube) qui cache une qualité qui lui permet d'être accepté comme il est. C'est un album très adapté aux élèves de cycle 2. On peut trouver une belle adaptation vidéo ici

     

     

     

     

    Elmer

     

     

    Elmer, de David McKee, chez Kaléidoscope. Cet album est un grand classique de la littérature de jeunesse. Il est intéressant de faire le lien entre Elmer l'éléphant bariolé et le petit Cube de l'album précédent. Les liens entre les 2 albums sont assez simples à faire trouver à des élèves de cycle 2. 

     

     

      

    La guerre des couleurs

     La guerre des couleurs, d'Edith Schreiber-Wicke et Carola Holland, aux éditions Mijade. C'est un album un peu plus compliqué à comprendre, avec une langue un peu plus complexe et des références culturelles. Grâce aux images, il est quand même abordable dès le CP. La différence est abordée ici sous l'angle des difficultés que cela peut entrainer, jusqu'à la guerre. A la fin, les corbeaux deviennent tous noirs, toutes les différences sont gommées. J'ai donc trouvé indispensable le débat suivant : pensez-vous que la situation était meilleure au début ou à la fin du livre ? Au début, les différences sont sources de diversité et de beauté, mais aussi de conflit. A la fin, l'uniformité est garante du calme, mais aussi de la tristesse et de grisaille. J'ai aimé leur montrer ces ambivalence et écouter leurs points de vue. 

     

     

     

    Noire comme le café

     

    Avec Noire comme le café, blanc comme la lune, de Pili Mandelbaum, Ecole des loisirs, on quitte le monde des représentations pour aborder le problème des différences de couleurs de peau autour des questionnements d'une petite fille. Ce dialogue entre une petite fille et son père a plu aux élèves car il est léger et efficace, sans être moralisateur... Pas besoin d'en rajouter...  

     

     

     

    Lecture en réseau : les différences

     

    Trop ceci cela, de Caroline Palayer, aux éditions Frimousse. C'est un très chouette petit album, coloré et dynamique, qui se prête à toutes sortes d'exploitations langagières ou artistiques. Malheureusement, il n'est plus édité, il faut le trouver d'occasion. Je l'utiliserai pour l'apprentissage de la lecture, ce sera l'occasion de revenir sur ce thème de début d'année. 

     

     

     

    Lecture en réseau : les différences

     

     

    Biglouche, de Myrha et Alyssa Verbizh, aux éditions de l'Ecole des Loisirs, permet d'aborder une différence plus courante : la mauvaise vue et le port des lunettes. 

     

     

     

       

    Lecture en réseau : les différences

     

     

    Veux-tu être mon ami ?, d'Eric Battut, chez Didier Jeunesse. Cet album facile à lire et à comprendre aborde les différences sous l'angle de l'amitié, et montre que l'on peut être amis tout en étant différent.. 

     

     

     

    Lecture en réseau : les différences

     

    Liste générale de tous les enfants du monde entier, de Pef, chez Rue du Monde... J'ai déjà évoqué ici de quelle manière j'ai abordé cette lecture en tout début d'année. Il est intéressant pour les élèves de rencontrer un livre qui n'est pas une histoire, qui est une liste, et qui raconte juste comme le monde est divers, sans discours ni morale... Certaines pages sont un peu dures à comprendre en cycle 2 sans apport, mais on peut aisément choisir les pages qu'on veut lire.   

     

     

     

    Lecture en réseau : les différences

     

    Le handicap, Milan jeunesse : c'est un petit documentaire intéressant sur le handicap, qui aide à mettre des mots sur des réalités que nous ne savons pas toujours aborder avec simplicité. 

     

     

     

    A partir des conclusions de nos débats sur ces livres, des ressemblances et des différences trouvées, nous avons construit un affichage mémoire de toutes nos lecture, à l'aide des vignettes des couvertures. 

    Et en fin de parcours, une petite fiche permet de garder une mémoire individuelle : 

    Lecture en réseau : les différences

    Le fichier à télécharger reprend les fiches et les couvertures d'albums : 

    Télécharger « Réseau Différences.pdf »

     

    J'avais aussi rapidement modifié une fiche proposée par Anyssa sur les éléments de la couverture de Petit Cube chez les Tout Ronds pour l'adapter au cycle 2... Comme c'était le premier album de l'année, j'en ai profité pour revoir ces éléments : 

    Lecture en réseau : les différences

    Télécharger « CouverturePetitCube.pdf »

     

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Je cherchais une oeuvre collective à faire réaliser à mes élèves en ce début d'année, qui pouvait faire suite à notre travail en littérature sur les différences. Je pensais notamment à faire le lien avec Petit Cube chez les Tout Ronds, les formes géométriques me paraissant un bon point de départ. 

    J'ai alors découvert le travail d'un artiste qui a beaucoup travaillé sur les différences et la tolérance : Rachid Khemoune. Il a notamment créé des bronzes monumentaux des enfants du monde, et j'ai d'abord imaginé travailler autour de ces oeuvres. Mais c'est finalement une autre oeuvre qui m'a semblé un bon point de départ, justement intitulée Prises de têtes

    Les Prises de têtes de Rachid Khemoune

    Tout y est réuni : la photo collective, les têtes rondes et carrées qui font écho à notre lecture, les différences et les ressemblances, la récupération... et même l'étoile jaune, dont je n'ai pas parlé plus que ça avec mes petits CP, mais qui pourrait faire l'objet d'un approfondissement historique sur le respect des différences avec les plus grands... 

    Le défi technique, c'était plutôt de récupérer 25 prises et interrupteurs... mais en faisant un appel auprès des proches et des collègues, c'était bon. Par contre, je n'ai pas pu récupérer les prises des corps, j'ai donc prédécoupé des corps en carton, afin que les élèves puissent les décorer. J'avais envisagé travaillé avec de l'encre, mais j'ai finalement opté pour la décoration des corps au pastel gras et un fond en gouache à l'éponge. J'ai demandé aux enfants de choisir collectivement une couleur, et ils ont voté pour le bleu

    Voici donc le résultat (dimensions réelles 50 x 90) : 

    Les Prises de têtes de Rachid Khemoune

     

    C'était un projet original pour le début de l'année, qui décore utilement notre couloir un peu tristounet. Les enfants sont entrés dans le projet, et ont apprécié la personnalisation que permettait la décoration de leur corps en carton. 

     

    Si ça vous tente, je partage donc :

    • la fiche de préparation de séquence (2 séances) : 

    Télécharger « Séquence [Prises de têtes].pdf »

     

    • le diaporama sur le travail de Rachid Khemoune : 

    Télécharger « PrisesDeTete.ppsx »

     

    • la fiche pour le cahier d'arts : 

    Prises de têtes de Rachid Khemoune

    Télécharger « FichePrisesDeTetes.pdf »

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire
  • Cette année, j'ai changé de salle de classe. L'occasion pour moi de réfléchir à partir de tout neuf à l'aménagement d'une salle de classe, et de vous partager mes découvertes. 

    La disposition d’une classe est un aspect très important de l’enseignement. Elle détermine en partie l’ambiance de la classe. Elle n’est pas qu’un aspect du fonctionnement, elle est liée au type d’enseignement. Elle place les élèves et l’enseignant dans une posture particulière. J'aime penser soigneusement à cette disposition.

    Maria Montessori dans ses écrits accordait une très grande importance à la disposition et à l’ordre. Elle a été à l'origine du mobilier adapté aux enfants que l'on trouve maintenant partout. Elle demandait à ses enseignantes de fleurir les classes, de les ranger et de les préparer soigneusement. Les enfants étaient partie prenante du maintien de cette ambiance, en rangeant, et même en nettoyant leur classe. Mon expérience me montre que les élèves adorent ces travaux et que ces moments ne sont pas du temps perdu : ils permettent aux élèves de s'approprier leur milieu, d'ordonner les savoirs, les usages, de coopérer, de prendre des responsabilités, d'apprendre à se prendre en charge...

    Aménager sa classe

    Plus récemment, j'ai découvert une étude anglaise sur l'impact de l'aménagement de la classe. Les auteurs souhaitaient étudier l'impact de l'aménagement et de l'architecture scolaires sur les résultats des élèves. Leurs conclusions portaient sur 3 sortes de variables : 

    - les variables environnementales : ce sont celles qui sont nécessaires pour le confort physique : la lumière, le son, la température, la qualité de l'air et des « liens avec la nature ». Les auteurs recommandent un bon éclairage électrique. Pour la température, l'essentiel est de pouvoir la moduler, ce qui n'est pas facile partout, surtout quand il fait trop chaud. Le rapport entre le cubage d'oxygène et les résultats avait déjà été démontré auparavant, d'où l'importance de bien aérer la pièce. La recherche tend à montrer aussi que les enfants apprennent mieux dans un milieu avec des références à la nature : meubles en bois, plantes, vues sur la nature... 

    - les variables personnelles : ce sont celles qui permettent d'adapter la classe aux besoins des enfants. L'étude montre globalement que les élèves ont besoin d'un espace personnalisé : affichages de productions d'élèves, présentation de travaux divers... Les salles de classe et les couloirs qui présentent les productions des élèves, des projets, des expositions… permettent une plus grande implication dans les processus d'apprentissage. L'étude montre aussi l'importance de la flexibilité de l'espace de la salle de classe, et l'intérêt de disposer d'espaces différents, d'autant plus que les enfants sont jeunes. 

    - les caractéristiques visuelles : elles mesurent l'influence de la classe sur l'attention, la stimulation et la concentration des élèves. Les auteurs ont montré qu'il est important de proposer des éléments stimulant l'apprentissage (affichage, matériel...), mais de manière modérée et ordonnée. De même, la couleur n'a d'intérêt que comme point d'appui pour mettre en valeur. Mais trop d'éléments stimulants, trop de couleurs, trop de désordre peut créer un environnement peu propice au maintien de l'attention, d'autant plus que les enfants sont jeunes : ils imposent à leur capacité d’attention encore fragile un maintien actif pour retrouver les objectifs de la tâche et ignorer les distractions. 

    Aménager sa classe

    Je trouve intéressant de garder ces quelques repères en classe, même s'il n'est pas possible pour nous d'intervenir sur tous les paramètres (température, orientation, couleur des murs...). En tous cas, j'ai essayé de les garder en tête pour mon aménagement. 

    Ensuite, j'ai listé ce qui était indispensable pour moi : 

    • un coin bibliothèque digne de ce nom... Sans ça, pas d'apprentissage de la lecture possible pour moi ! 
    • un coin regroupement, pour garder les élèves plus proches (et plus attentifs) durant des temps importants, organiser des débats (et les conseils d'élèves), chanter, partager... 
    • du matériel de manipulation en libre-service, donc des étagères basses autour des élèves ; 
    • une disposition en îlots... indispensable pour introduire le travail coopératif, pour les ateliers, pour la proximité... (à ce propos, j'aime beaucoup cet article des Juliettes)
    • des axes de circulation, car je trouve plus intéressant d'organiser les déplacements des élèves que de gérer leurs débordements physiques quand ils n'en peuvent plus d'être assis ;
    • des plantes, pour faire entrer la nature dans la classe (et dépolluer l'air..).

     

    Pour finir, je vous propose donc quelques photos de ma classe, pas comme modèle, mais juste comme un exemple, parce que j'ai toujours adoré regarder plein de photos de classes différentes : 

    Aménager sa classe

    Aménager sa classe

    Aménager sa classe

    Aménager sa classe

    Aménager sa classe

    Aménager sa classe

     

    Voilà, ce sont des photos de la pré-rentrée, avant l'arrivée des élèves... mais que je ne trouve le temps de publier que maintenant ! Il me faudra maintenant veiller à la qualité des affichages, du rangement... afin qu'ils soient au services de meilleurs apprentissages.

     

    Pin It

    8 commentaires
  •  

    Après de multiples lectures sur le sujet, j'ai pris enfin le temps de travailler sur la démarche que je souhaite mettre en oeuvre pour enseigner la production d'écrits à mes élèves de CP. 

    S’engager dans un travail sur l’écriture, et plus particulièrement ce qu’on a longtemps appelé la production d'écrits, ressemble à une promenade dont chaque détour montre de nouveaux paysages, sans qu’il soit facile de déterminer à quoi peut ressembler la région, et comment faire pour se l’approprier en entier. Les façons de faire, les entrées, les méthodologies sont si diverses, que je me dis à chaque lecture : En voilà une bonne idée… et en même temps : Comment articuler tout cela en vrai dans la classe ?

    Toujours à la recherche de cohérence, j'ai tenté de réfléchir à une démarche de réel enseignement. Cette démarche repose sur plusieurs principes

    • mettre en oeuvre des ateliers dirigés d'écriture
    • écrire tous les jours
    • structurer les apprentissages 
    • enseigner le code en même temps
    • valoriser les essais
    • utiliser un cahier d'écrivain
    • proposer des outils pour écrire
    • donner du temps
    • inviter les auteurs en classe
    • évaluer avec recul

     

    Je vous propose comme souvent le texte complet de ma démarche avec explication de tous ces principes et des références théoriques, parce que j'aime mettre par écrit tout ce qui est dans ma tête : 

    Télécharger « DémarcheProductionEcritsCP.pdf »

     

    J'ai donc choisi d'enseigner 8 stratégies d'écriture de manière structurée, explicite et entrainée  : 

    1. Je trouve une idée et je fais la phrase entière dans ma tête.
    2. J’écris de gauche à droite.
    3. Je sépare les mots par des espaces.
    4. Je mets une majuscule au début de la phrase et un point à la fin.
    5. Pour écrire un mot, je peux le retrouver dans ma mémoire ou dans la classe. Sinon, je sépare en syllabes et j’étire les sons.
    6. Je relis mon texte pour vérifier qu’il veut dire quelque chose.
    7. Je n’utilise pas toujours les mêmes mots, je cherche d’autres mots pour dire la même chose.
    8. Je mets des mots de liaison entre les phrases pour écrire un récit.

     

     

    Pour ma classe, j'ai préparé un affichage de référence, où nous rajouterons les stratégies au fur et à mesure : 

    Ma démarche en production d'écrits pour les CP

    Télécharger « AffichageProductionEcrits.pdf »

     

    J'ai également préparé des traces écrites que les élèves pourront coller dans leur cahier afin de s'y référer : 

    Ma démarche en production d'écrits pour les CP

    Télécharger « TracesEcritesEcriture.pdf »

     

    Là encore, comme pour tout ce que je partage avant l'expérimentation, je reviendrai avec un bilan ! N'hésitez pas à partager le vôtre... 

     

    Pin It

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires